Le cycle de la violence.


Lorsque l’on entend les histoires de vie des victimes de violences conjugales, on peut se demander comment elles peuvent rester dans ces conditions, ce qui fait qu’elles ne partent pas, et pourquoi elles reviennent toujours malgré les coups et les agressions ?

Le cycle des violences conjugales est un processus long et évolutif qui peut durer des années. Ce cycle se met en place, il s’appuie également sur les conditionnements de la société, des victimes et des agresseurs, ainsi que l’interaction entre 2 individus.

Il est évident que si l’agresseur était violent dès le début de la relation, la victime prendrait ses jambes à son cou ! Mais c’est une relation toxique qui se met en place progressivement. L’agresseur exerce une pression continue sur la victime, elle est isolée de son environnement familial et amical, invitée à quitter son travail, elle devient dépendante affective et matérielle.

La victime perd petit à petit l’estime d’elle-même, n’a plus confiance en elle ni en son propre jugement. Elle fini par systématiquement tou remettre en cause et se rabaisser. Les violences psychiques sont installées et fortement subies.

Les premières violences physiques arrivent la plupart du temps au bout de 3 ou 4 ans et coïncident souvent avec l’arrivée du premier enfant. S’installe alors quelque chose d’encore plus pervers, la culpabilité de la victime et la responsabilité du bien-être de la famille. La victime cherche toujours un moyen de faire en sorte que ça marche et d’éviter que le foyer ne vole en éclat. S’installe également la honte d’être rentrée dans cet engrenage, la peur des représailles et bien sur l’espoir que l’agresseur change et que tout s’arrange.

Il nous arrive à tous de rester dans une situation inconfortable mais connue plutôt que de basculer vers l’inconnu.


1 femme sur 10 est confrontée aux violences conjugales dans sa vie, soyons attentif.ve.s !


En quoi la Sophrologie et l’Hypnose peuvent vous accompagner ?

Les victimes de violences ont vécu un traumatisme dont il faut se relever et qui nécessite une reconstruction émotionnelle, psychique et parfois même physique.

Un travail d’acceptation : accepter le fait d’être restée dans cette situation pendant trop longtemps, accepter la séparation, faire le deuil de la personne aimée.

Se reconstruire : réapprendre à s’aimer, à s’estimer, prendre soin de soi. Faire confiance à nouveau et ne pas reproduire des schémas répétitifs.

Oser parler c’est déjà un grand pas…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :